Haut, mon Dieu!

8 08 2010

Un dimanche ensoleillé en Provence, en plein été, complique passablement les visites touristiques. Ce matin, j’avais envie de voir la mer un peu, et de faire du vélo. Ça tombait bien, car il me restait la Camargue à visiter: je pouvais aisément m’y louer une bicyclette et aller me promener le long de la mer. Ce serait l’objectif de ma deuxième étape de la journée: Saintes-Maries-de-la-mer.

Mais avant, je voulais rendre une petite visite à une ville-forteresse construite au moyen-âge au beau  milieu des marais. C’est que Louis IX avait faim de Croisades, mais la France ne possédait aucun port sur la Méditerranée. Il acheta donc ces marais en 1240 et y fit construire Aigues-Mortes. Il a dû offrir de nouveaux avantages fiscaux pour attirer des braves gens en ces contrées nauséabondes et malsaines. Mais en 1248, le Roi a enfin pu mettre 1500 navires à la mer pour partir en guerre. Aigues-Mortes a conservé son apparence de l’an 1300, ce qui rend la chose attrayante.

Malheureusement, un dimanche ensoleillé d’été en Provence… bref, il y avait TELLEMENT de touristes que je n’ai même pas pu APPROCHER la ville. Des dizaines de kilomètres de voitures à la queue-leu-leu cherchaient des stationnements. Je voyais déjà le scénario: 1 heure d’attente pour me rendre, 1 heure à chercher un stationnement, des touristes partout dans le village… Était-ce vraiment ce que j’avais envie de vivre en ce beau dimanche matin ensoleillé d’été en Provence? Je me suis dit: merde, tant pis pour la forteresse, et allons faire du vélo ailleurs si j’y suis.

J’ai donc embrayé directement sur la deuxième étape: Saintes-Maries-de-la-mer.

Petit historique de l’endroit pour commencer. Selon la légende, ce serait sur cette plage que Marie-Madeleine, Marie Jacobé (soeur de la vierge Marie), Marie Salomé (la mère des apôtres Jean et Jacques), Marthe, et son frère Lazare, seraient débarqués d’une miraculeuse barque sans voile ni rame, dérivant depuis la Palestine. Il n’en fallait pas plus pour en faire un lieu de pèlerinage chrétien. Mais vu son emplacement géographique hors-pair, Saintes-Maries-de-la-mer est également devenue une station balnéaire très convoitée, avec des dizaines de kilomètres de plages en sable fin.

Donc, par un beau dimanche midi ensoleillé d’été en Provence, sur le bord de la mer… oui il y avait pas mal de monde, mais au moins j’ai pu pénétrer dans la ville sans problème. J’ai juste eu de la misère à me trouver un stationnement, mais j’ai pris le premier rang qui sortait de la ville, et j’étais qu’à 700 mètres à pieds de mon magasin de location de vélo. J’ai pu avoir un très bel après-midi de promenade sur le bord de la mer. Des pistes cyclables sont aménagés tout le tour de la Camargue.

Au fait c’est quoi la Camargue? C’est est une zone semi-marécageuse sur le bord de la mer, à l’embouchure du delta que forment le Rhône et le Petit-Rhône, qui y apportent bon an mal an des tonnes de sédiments. C’est le paradis des bêtes sauvages: chevaux, taureaux, oiseaux, et beaucoup d’humains à la recherche de l’ancêtre Neandertal qui sommeille en eux.

C’est très joli et ça sent le bon air salé de la mer.

On peut y faire toutes sortes d’activités de plein-air, de la simple plage aux randonnées à cheval, en passant par le canoë sur les étangs et rivières du parc. Ya même des “Safaris” organisés pour les touristes. En fait c’est des balades en 4×4 pour s’approcher des bêtes sauvages.

Cette statue à Saintes-Maries-de-la-mer rappelle la nature de dompteurs de bêtes sauvages des habitants de la région, les cowboys français.

 IMG_8956

 

Ça a fait du bien de faire un peu de vélo, ça me manquait. En plus j’ai eu droit à une brise toute douce tout au long de mon parcours, c’était très rafraichissant malgré les +32 Celsius.

Ensuite vers 16h30 je suis rembarqué dans ma voiture, afin d’aller voir un tout autre site: loin de la mer, tout en hauteurs. Hé oui, un autre village bâti au sommet d’un cran rocheux. Mais quelle beauté: Gordes.

Des toutes les villes suspendues que j’ai visitées, Gordes est certainement la plus jolie, Baux-de-Provence est la plus impressionnante, et Gourdon est celle aux routes d’accès les plus étonnants. Chacune a son style et restera marquée dans mon coeur.

J’ai eu bien de la difficulté à photographier Gordes, à cause de la lumière très changeante d’un soleil couchant parfois caché par une montagne, parfois caché par un voile partiel de nuages.

IMG_9148 

IMG_9076 IMG_9072

Cette statue semble trouver ce paysage ennuyant…

 IMG_8966

 

Le chateau de Gordes, au centre et au sommet de la ville.

IMG_9166

 

Une particularité architecturale de la région de Gordes: les murs en "pierres empilées". Aucun ciment, ni jointure, ni sable. Seules les pierres déposées les unes par-dessus les autres forment ces murs, d’une étonnante droitesse. Il y en a partout autour de la montagne. On les appelle les Bories. Il y a un village des Bories juste à la sortie de Gordes.

IMG_9102

 

Mon passage à Gordes marquera vraisemblablement la fin de mon voyage en Provence. À mon grand regret, j’ai décidé de poursuivre ma route vers l’ouest, pour ensuite remonter vers le Nord et rejoindre Paris d’ici la fin de la semaine. Pour le moment, mon plan ressemblera à ceci:

  • Départ demain matin pour Millau et son pont extraordinaire.
  • Ensuite direction Narbonne le soir.
  • 2 nuits à Narbonne les 9-10 août
    • Visite de Narbonne le premier jour,
    • Puis de Carcassonne le deuxième¸
  • Départ en direction de Bordeaux le soir, après la journée à Carcassonne.
  • 2 nuits à Bordeaux les 11-12 août
    • Visite des Dunes de la Pyla,
    • Et visite des alentours de Bordeaux
  • Départ en direction de La Rochelle, arrêt de quelques heures, puis on repart vers Paris pour arriver avant la nuit.
  • 2 nuits à Paris les 13-14 août (une journée pour visiter les gros “hits” tels que Tour Eiffel et Arche de Triomphe).
  • Départ de Charles-de-Gaules le 15 août à 14h00.

Ce plan est sujet à changements sans préavis… notamment à cause de la météo: en quittant la Provence, j’ai un peu peur de frapper de la pluie, moi qui vit un véritable voyage de rêve depuis le jour 1: QUE du soleil. Je n’ai eu que 5 ou 6 gouttes de pluie en chemin vers Entrevaux, mais ça n’a duré que 5 minutes et c’était vraiment léger.

M’enfin, on verra.

La Provence va me manquer, c’est sur…

Ciao bella!





Avignon ne s’est pas construite en un jour…

7 08 2010

.. pas plus que son Palais des Papes.

Cette fois-ci c’est vrai: ce sera un petit billet. Je vous jure. 🙂

Je suis rentré très tard, puis j’ai chatté avec ma blonde un bout de temps, et là il est 23h00 et je suis crevé.

Dommage parce que j’en aurais long à dire au sujet de Avignon, une ville qui m’a beaucoup surpris de par la richesse de son histoire. C’est sur qu’avoir été une ville papale aide un peu!

La chrétienté, cherchant à fuir le trouble qui sévissait à Rôme, y établit son quartier-général d’opération à partir de 1306, et y érigèrent progressivement un gigantesque Palais des Papes qu’ils amélioraient constamment, jusqu’au retour du Pape à Rôme en 1374 (environ, j’y vais de mémoire). Mais il y eut alors une période de confusion, et la chrétienté était divisée en deux: ceux qui soutenait le Pape de Rôme, et ceux qui soutenait le Pape de Avignon (car ils ont continué à élire des Papes pendant une trentaine d’années, les gueux). Ce sont ces papes qu’on appelle “Les Anti-Papes”.

IMG_8893 IMG_8848

Encore un toit!! Je peux pas résister, c’est trop beau…!

IMG_8875 

Mais au-delà de la période du Palais des Papes, ya eu pas mal d’action à Avignon. 

Ya d’abord l’histoire, en 1177, du jeune Benoit de Provence, 12 ans, qu’on appelait alors le petit Bénezet (en provençal), qui a entendu le seigneur lui dire de se rendre à Avignon et de demander à ce qu’on construise un pont. Ya beaucoup d’histoires de ce genre en France je trouve, à commencer par celle de Jeanne la Pucelle qui partit d’Arc sans rien connaitre à la guerre, et qui convainquit le Roi de la laisser diriger les troupes françaises… Bref, le petit Bénezet a fait rire de lui par l’Archevêque, qui lui dit alors “Si c’est vraiment Dieu qui t’envoie, alors soulève cette pierre (visiblement trop lourde pour lui). Le. mioche le fit. Il souleva la pierre et alla la porter à l,endroit où le pont allait commencer. Aussitôt les gens se mirent à croire en lui et les aumônes affluèrent. C’est ainsi que le petit Bénezet a réussi à amasser assez de fonds et de volonté populaire pour commencer la construction du Pont Bénezet (le fameux “Pont d’Avignon”) qui fut achevé en 8 ans seulement. Pas mal de leadership pour un flot de 12 ans.

IMG_8707

 

Mais mon histoire préférée concerne la destruction du Pont par le roi Louis VIII. Avignon ne faisait alors par encore partie de la France. Le roi était en croisade et cherchait les hérétiques, mais Avignon lui a refusé le passage, en lui fermant son pont-levis. Le Roi n’a guère apprécié.  Les attaques ne donnèrent rien, la ville étant imprenable. Le roi mit alors la ville en état de siège jusqu’à ce qu’ils capitulent, 3 mois plus tard, crevant littéralement de faim. On dit que pour punir la ville, le roi détruisit alors toute la partie du pont qui était en territoire français: “Cette partie m’appartient, j’en fais ce que je veux.” Chien, hein?

IMG_8932

 

Le pont fut reconstruit, mais les nombreuses crues violentes des eaux du Rhône, à cette époque incontrôlable (aujourd’hui les barrages ont régularisé le cours du Rhône), ont détruit plusieurs arches du pont, qu’on devait reconstruire encore et encore, jusqu’à ce qu’on se tanne de ce “money pit”, et qu’on le laisse peu à peu dépérir. C’est pourquoi il ne subsiste aujourd’hui que 4 arches, sur les 22 arches originaux. Le pont faisait 900 mètres de long, il n’en fait plus que 120 maintenant.

 

Saviez-vous qu’il y a 2 chapelles sur le pont? Voici la petite chapelle Bénezet. Les gens qui traversaient le pont y laissaient un aumône:

IMG_8670

Quant à la fameuse chanson, je me suis longtemps demandé s’il s’agissait d’une chanson de dérision, du genre “Sur le pont d’Avignon, on ne peut pas circuler ni traverser le fleuve, alors on y danse et on y tourne en rond…”. Mais ce n’est pas le véritable sens de la chanson à l’origine. En fait, le pont passait sur une île, sur laquelle on organisait une fête très populaire, dont une partie se déroulait SOUS le pont d’Avignon. Donc la vraie chanson disait “SOUS le pont d’Avignon, on y danse, on y danse…”, et non SUR le pont.

Avignon est une très belle ville, très animée, en particulier toute la partie ancienne qui se trouve à l’intérieur des murs d’enceinte (qui protégeaient la ville des envahisseurs et des crues du Rhône). Plusieurs édifices sont impressionnants. Ça valait le déplacement. D’ailleurs il y avait BEAUCOUP de touristes.

Voici un petit groupe de troubadours allemands qui jouaient des chansons médiévales dans les rues:

IMG_8587

Bon je vous laisse sur ces quelques mots, car il est minuit déjà. Ok ok c’était pas un billet court! Mais disons moyen? 😛

Demain j’ignore encore ce que je vais faire. En principe je dois quitter Arles, mais je ne me sens pas prêt à partir de la Provence. Il me reste des trésors à découvrir. De plus j’ai décidé de ne pas aller à Barcelone: cette ville mérite plus qu’une journée d’exploration. J’ai décidé d’être patient et d’attendre à un prochain (vrai) voyage en Espagne.

Je vais probablement rester en Provence un jour ou deux de plus.

Ensuite, Millau et Carcassonne sont toujours au menu. Le reste est en suspend. Je me demande si je ne me laisserais pas tenter par 2-3 jours à Paris…

À suivre !!





Les Beaux Denims

6 08 2010

La carte-mémoire de mon appareil-photo peut contenir très exactement 751 photos.

Hé bien je n’en ai pas eu assez aujourd’hui.

C’est ce qui arrive quand on visite Nîmes et Les-Baux-de-Provence dans la même journée!

La journée avait pourtant commencé plutôt lentement. Sur l’air un peu blasé de “Bon, allons voir encore des ruines romaines”. Après La Turbie, Arles, Orange, et le Pont-de-Gard, je sentais que j’avais un peu compris le principe. Mais comment aurais-je pu ne pas aller à Nîmes, qui fut autrefois l’un des joyaux de la Gaule Romaine?

Alors j’y suis allé. Et je ne le regrette pas. Nîmes est vraiment une ville magnifique. Toutefois, certains sites annoncés m’ont un peu déçu, je dois admettre.

Je crois aussi que le jeu des comparaisons avec Arles ne l’avantage pas. J’aurais dû y aller avant de visiter Arles.

À Arles, tout le côté touristique est concentré dans un seul quartier, même si on doit marcher beaucoup pour tout voir on n’a pas l’impression de sortir du site. Tandis qu’à Nîmes, chaque pièce est séparée des autres, et pour se rendre à la suivante on doit marcher un bout de temps dans la ville, qui n’a rien d’antique. Oh, c’est une très jolie ville moderne, bien adaptée, avec une belle architecture contemporaine qui a tout de même conservé une petite touche classique… c’est vraiment joli, mais quand tu passes d’un site antique à un autre, ça fait quand même une coupure dans le beat.

Mais le pire c’est surtout que plusieurs sites n’en valent tout simplement pas la peine.

J’ai commencé par l’Aréna, qui est tout simplement magnifique (plus petit que celui de Arles, mais mieux conservé). Par contre, comme j’avais déjà vu celui de Arles, ça m’a moins impressionné que la première fois. Pour compenser, j’ai pris le tour “audioguidé” (un petit radio portatif que tu actives toi-même selon l’endroit où tu es rendu, à ton rythme), c’était intéressant, ils expliquaient notamment les différents types de gladiateurs, puis les origines de la tauromachie. Tout ça était très bien.

IMG_7922

Mais ensuite ça s’est gâché…

D’abord, après une marche de près d’un kilomètre à travers la ville moderne, on peut enfin voir la fameuse “Maison carrée”. Il s’agit d’un ancien lieu de culte romain où le Grand Prêtre interrogeait les dieux. Supposé être super beau, l’un des temples les mieux conservés du monde romain. Ben osti, il est en rénovation!! Et ils cachent la seule partie qui en valait vraiment la peine: l’entrée, où on voit normalement des colonnes romaines qui soutiennent le toit. La seule attraction qui reste sur place est un film de 22 minutes en 3D sur les héros de Nîmes, tellement poche et mal fait que même les enfants semblaient s’ennuyer. Bref, décevant. Pourquoi font-ils ces rénovations en plein pendant la haute saison touristique?? Qu’ils fassent ça de septembre à juin… pas en juillet-août!

IMG_8079 IMG_8084

Ensuite une autre grande marche dans la ville pour se rendre aux “Jardins de la Fontaine”. Bon, ça c’était joli, mais sans plus. Ya tellement de statues de marbre blanc là-dedans qu’ils semblent avoir oublié de mettre de la verdure. Ya quelques carrés de pelouses mais tout est séparé par des grands sentiers en cailloux blancs et des grands escaliers majestueux en pierre blanche. Ça pis les statues, ça fait blanc longtemps, mettons. Pis la fontaine, au fait quelle fontaine? Ah oui elle est là-bas, au fond, dans le coin, où personne ne peut la voir ou presque…

Alors au lieu de nommer ça “Les Jardins de la Fontaine”, ils auraient peut-être dû nommer ça “Les Statues de la Grande Cour en Garnottes Blanches”.

IMG_8136

 

Après ça, encore une longue marche pour monter une grande côte au sommet de laquelle trône les ruines d’une ancienne tour romaine. La tour est quelconque, mais la vue qu’elle offre sur la ville en vaut la peine.

IMG_8185

 

Puis, on nous dit d’aller voir le fameux Castellum, le château d’eau romain de Nîmes (celui qui était rempli par le grand aqueduc de 50 km dont faisait partie Le Pont-de-Gard dont j’ai parlé hier). Marche, marche, marche… essaie de trouver la place en question, c’est mal indiqué, finalement je le trouve: osti c’est pas un château d’eau ça, c’est une marmite! C’est tout petit! J’étais apparemment pas le seul déçu, j’ai entendu quelqu’un dire “Tout ça pour ça?”.

IMG_8225

Finalement, le clou de la journée: la fameuse Porte d’Auguste, qu’il avait fait construire pour la gloire de son empire. Je m’attendais à une porte genre Arche de Triomphe. Osti c’est juste un bout de mur en briques avec deux arches minuscules et une statue de César derrière, le tout entourée de grillage, on peut même pas marcher sur le site! Ya fallu que je me contorsionne pour la prendre en photo à travers la clôture…

IMG_8272

 

Bref, si vous allez à Nîmes, attendez-vous à voir une très belle ville, mais ne misez pas sur l’aspect “Les plus belles Ruines Romaines”, surtout si vous avez vu Arles avant… J’ai plus trippé à voir les édifices contemporains que les ruines romaines. Par contre, je crois que si la “Maison carrée” n’était pas en rénovation, ça aurait changé ma perception: j’aurais alors vu ce que Nîmes a de vraiment unique à offrir. Là j’ai plutôt l’impression de l’avoir ratée et de devoir revenir dans 2 ans quand ils vont avoir fini tous les travaux dans la ville (car il y en a plusieurs, un peu partout).

Mais comme je disais, je ne regrette pas du tout d’y être allé, et j’estime avoir eu une excellente journée malgré ces déceptions. Car entre chaque déception, j’admirais la ville “actuelle” et elle est vraiment très belle et me semble très dynamique.

——————-

Section “faits divers”: Nîmes est reconnu mondialement pour la qualité de son textile. Vous saviez que les Jeans en Denim viennent… de Nîmes? C’est pas une blague, Levi-Strauss (“Levi’s”) a utilisé le fameux tissu bleu venant de Nîmes pour fabriquer ses premières Jeans… c’est pourquoi on appelle ce tissu “Denim”. C’est fou ce qu’on peut apprendre hein !!!

————

J’ai quitté Nîmes vers 16h30, direction Les-Baux-de-Provence. Un peu fatigué de ma journée de marche, j’ai décidé de m’y rendre tout de même, en me disant que ça vaudrait surement la peine. Mais chemin faisant, entre 2 bâillements, je regrettais presque de ne pas avoir gardé ça pour demain, afin de mieux en profiter, avec une meilleure forme physique et mentale. Je sentais que j’étais trop fatigué pour bien apprécier, que l’étonnement laisserait place à l’ennui-du-gars-qui-a-juste-envie-d’aller-se-coucher-et-qui-visite-ça-en-vitesse.

Mais je sous-estimais la beauté de ces lieux que j’allais bientôt découvrir…

Je peux juste vous dire: Allez voir ça absolument, si vous passez à moins de 500 km de ce lieu. Ça vaut le détour. D’ailleurs ce site est le lieu touristique le plus visité en France: 2 millions de visiteurs par année! Après l’avoir vu, j’ai compris pourquoi.

Incroyable ce que ces bâtisseurs ont pu réaliser sur ce cran rocheux surélevé.

Oh oui au fait, c’est quoi Les-Baux-de-Provence? C’est un autre de ces merveilleux villages construits en hauteur, sur un gros caillou, offrant un vue panoramique sur toute la région.

Mais ce qui est particulier aux Baux c’est qu’ils y ont construit un immense château sur la partie la plus élevé du cran rocheux, carrément sur le bord du précipice. Aujourd’hui en grande partie détruit, mais on peut tout de même visiter ce qu’il reste, et croyez-moi c’est très, très, très impressionnant.

IMG_8501

Faut y être pour comprendre. Les photos ne disent rien de cette impression de vertige. Ces escaliers étroits et parfois même un peu effrayants. Des tours qui offrent des vues splendides.

IMG_8359 IMG_8373

Et ce vent terrible qui souffle… et qui multiplie par dix toutes les sensations de vertiges et de frayeurs qu’on peut ressentir en parcourant et escaladant le site.

IMG_8336

J’ai déjà hâte d’y retourner, juste pour voir la face de mes fils, les voir se blottir contre moi et s’assurer que je les tiens bien fort et qu’ils ne s’envoleront pas.

Je vous l’ai déjà dit: je fais du défrichage familial !!!

Tenez, regardez sur l’image suivante: les beaux sports extrêmes qu’ils pratiquaient au moyen-âge!! C’est comme le lancer du nain mais en version médiévale: au lieu de lancer un nain tu lances un gars qui a volé du pain, et au lieu de le lancer à l’autre bout de la pièce, tu le lances en bas du château. Imaginez les beaux vidéos sur Youtube que ça aurait donné!!

IMG_8376

————-

Section faits divers: “Baux” vient du mot “Baou” qui signifie “Rocher élevé” en ancien provençal. Et au 19ème siècle, un géologue a découvert près du village une grotte remplie d’un minerai riche en alumine, qu’il allait nommer “bauxite”, d’après le nom de Baux-en-Provence.

————-

Donc aujourd’hui les amis, vous avez appris l’origine des mots “denim” et “bauxite” grâce à tonton Pierrot !!!

À demain pour de nouvelles aventures éducatives!!! Demain on apprend pourquoi les Papes étaient à Avignon pendant un siècle !!!

Adieu !!





Un pont au-dessus du temps qui coule

5 08 2010

Une autre vieillerie aujourd’hui, ya que ça par ici. On fait 3 pas et boum on tombe sur une relique romaine!

Ce que celle-ci a de particulier cependant, c’est que c’est un ouvrage d’ingénieur plutôt que d’architecte, pour une fois!

Le Pont de Gard, qui enjambe le Gardon, était à la fois un pont et un aqueduc, sa principale fonction en fait. Long de 275 mètres et haut de 48, il était l’un des maillons d’une longue chaine aqueducale (?) qui reliait la source, Uzès, située à 50 km du Pont de Gard, et l’acheminait jusqu’au Castellum de Nîmes (leur château d’eau). Phénoménal cet aqueduc: entre sa source et le castellum, il n’y avait que 12 mètres de dénivellé! Performants, tout de même, les arpenteurs-géomètres de l’époque!

Le Pont de Gard a été construit au courant du premier siècle après Jésus-Christ, environ 1850 ans avant le Pont de Québec. Mais le Pont de Gard ne s’est jamais écroulé, lui!

Par contre, faute d’entretien, il s’est vraisemblablement bouché au 4è siècle et a été abandonné au 6è siècle. De toute façon, la présence romaine en Gaule tirait à sa fin. Les français l’ont ensuite récupéré pour en faire un pont. Aujourd’hui il est protégé par le Patrimoine Mondial de l’Unesco, ce qui fait qu’on n’a plus le droit de graver des graffitis dessus (sans blague, j’en ai vu un qui date de 1830!).

J’ai quand même sacré 2-3 coups de pieds dessus pour tester, et je confirme: oui il est encore solide. D’après moi il a encore une bonne vingtaine d’années utiles en lui!

Voici la bête, 3 étages de cailloux empilées (certains de ces cailloux font 6 tonnes):

IMG_7785

 

Il a de la gueule, quand même, hein.

IMG_7900

 

Plusieurs activités de plein-airs sont offertes aux touristes, dont le Kayak sur le cours du Gardon, afin de passer sous le Pont.

IMG_7794 IMG_7812

 

Il y a aussi des plages, et des sentiers pour faire de la randonnée pédestre. D’ailleurs je me suis encore perdu!! Au lieu de prendre un petit sentier tout doux qui m’aurait fait monter d’un étage en 5 ou 10 minutes, afin d’être au premier niveau pour pouvoir traverser le pont, j’ai plutôt emprunté un obscur sentier sans aucune indication… un beau détour dans le bois qui m’a pris presque 2 heures. Disons que j’ai commencé à me méfier de mon choix de sentier après 15 minutes savoir voir âme qui vive. Heureusement j’avais mon GPS dans ma poche, sinon je crois que j’y serais encore! Mais c’était joli. 😀 Et j’ai vu plein de petites bébêtes poilues!

Une fois de retour dans la civilisation, je suis d’abord tombé sur des vestiges d’une ancienne civilisation: un bout d’aqueduc quelques mètres avant de traverser le pont.

IMG_7862

 

Et voici le sillon de l’aqueduc, sur le troisième étage du pont:

IMG_7871

 

Le pont vu d’en haut:

IMG_7874

 

Bref, une bien belle pièce à mettre dans le CV de nos ingénieurs romains! Avec ça ils devraient pouvoir se trouver un emploi à nouveau.

—————————

Ensuite je me suis rendu à Orange pour voir leurs vestiges… romains, et oui, encore eux. Un théâtre antique, comme celui que j’ai vu à Arles, mais en bien meilleure condition: il a encore tout son mur derrière la scène, et l’ensemble a moins l’air en ruines, bien qu’il lui manque plusieurs parties délicates. En fait il s’agit du théâtre romain antique le mieux conservé du monde.

Malheureusement, suite à une erreur technique de ma part, je n’ai aucune photo à vous montrer!!! Du moins aucune des miennes. Mais pour vous montrer de quoi je parle, voici une photo prise sur le site web de Orange, un soir de représentation:

 

Impressionnant pour une vieille bicoque datant de 2000 ans, non?

C’est ce qu’on appelle un bon rendement sur investissement. Ça doit faire un bout qu’il est amorti d’ailleurs.

—————————-

Je suis rentré assez tôt à Arles afin d’appeler ma blonde pour être sur que tout va bien chez nous. La pauvre fait 2 otites en même temps, moi qui me croyait le champion du monde à ce chapitre (4 otites durant la dernière année, mais toutes dans la même oreille). Bref, je lui ai demandé si elle souhaitait me voir revenir plus tôt pour l’aider un peu, mais elle a dit non. Même si j’insistais en disant que ça ferait mon affaire de revenir plus tôt car je m’ennuie d’elle et des enfants (ce qui est vrai), elle a catégoriquement refusé. En fait elle a tellement refusé que je me demande si elle veut que je revienne un jour!!! Mais ça c’est une autre histoire… Dites, quelqu’un pourrait aller vérifier si elle n’aurait pas un amant par hasard?

Tiens, voici une citation de Pagnol pour toi, chérie: “En Turquie, il n’y a pas de cocus, il n’y a que des veufs.” Heureusement pour toi, je suis en France. 😛

Trève de tarlaiseries, me voici (quasiment) rassuré au sujet de ma famille, et je puis continuer mon périple. Encore 9 jours d’aventures m’attendent.

Reste encore des tas de choses à voir en Provence et je me demande déjà si je ne vais pas rester un jour ou deux de plus, et skipper Barcelone… à suivre.

À demain les fous!

Ah oui je voulais vous dire que je lis chacun de vos commentaires, et ils me font tous très chaud au cœur, alors n’hésitez pas à en faire d’autre, ça fait toujours plaisir! 🙂

Salutations personnelles à Pipid, Zabie, Milou, Rémy, ma soeur Lyne et mon frère Gaétan! Et à ma cheurie Djoudie bien sur. 😛

Ciao!





Au pays de Pagnol

4 08 2010

Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers.

– Marcel Pagnol, “La Gloire de mon Père”, 1957

Nous avons souvent une source d’inspiration qui nous influence à essayer de nouvelles choses, à explorer de nouvelles avenues. Dans mon cas, la force attractive qui m’a amené en Provence, c’est Marcel Pagnol.

C’est pourquoi il m’était nécessaire d’aller à sa source durant ce voyage: Aubagne, ville natale de Pagnol, au pied de la montagne Garlaban qu’il a tant aimée. Et depuis sa mort, les aubagnards le lui rendent bien. Plusieurs musées et centre touristique lui font hommage, on peut également visiter sa maison natale, et il est même possible de faire des randonnées pour voir les lieux de ses histoires personnelles et fictives.

Voici la maison où il est né et a vécu son enfance au 16 du cours Barthélémy à Aubagne. Du haut de la dernière fenêtre, il voyait souvent son père Joseph jouer à la pétanque devant leur porte:

IMG_7652

 

Il est possible de la visiter. Plusieurs photos et manuscrits sont offerts gracieusement par la famille Pagnol, mais il est strictement interdit de les photographier.

Par contre c’est permis dans l’autre partie de la maison: chambre, salon, cuisine. Ces objets appartiennent à la famille Pagnol et sont authentiques:

IMG_7657

La fameuse table de l’oncle Jules où il s’affairait à préparer ses munitions, la veille d’une chasse à la Bartavelle!

IMG_7664

 

La cuisine. Notez les fameuses Bartavelles accrochées en haut, joli clin d’oeil à La Gloire de mon Père:

 IMG_7663

 

Un autre musée d’appelle “Le petit Monde de Pagnol”. Voici une petite partie d’une immense maquette mettant en scène des centaines de figurines représentant les personnages tirés de l’univers de Pagnol. On appelle ces figurines des “Santons de Provence”, elles sont en argile sculptées et peintes par des artistes de Aubagne, renommés internationalement. C’est un grand honneur de se faire “santonner” par un des artistes qui ont réalisé ces figurines. Plusieurs d’entre eux ont voulu rendre hommage à Pagnol en recréant ainsi son univers. Vraiment charmant!

IMG_7696

 

Malheureusement je n’ai pas pu accomplir un de mes rêves les plus chers: marcher sur le Garlaban, cette montagne que Pagnol a décrite en ces mots lorsqu’il a découvert ses montagnes de Provence durant son enfance: “Alors commença la féerie et je sentis naître un amour qui devait durer toute ma vie."

IMG_7699

Pourquoi je n’ai pas pu y aller? Code ROUGE. Il fait trop chaud et sec, alors il est interdit de parcourir la montagne sauf entre 06h00 AM et 11h00 AM, l’heure à laquelle je suis arrivé aujourd’hui. J’y retournerai probablement vendredi matin de bonne heure. C’est à une bonne heure de route d’ici, je devrai me lever aux aurores, mais ça vaut la peine. Un guide nous accompagnera dès 08h00 AM pour nous montrer les différents endroits chers à Pagnol.

Après cette journée à Aubagne, je trouvais qu’il était trop tôt pour rentrer directement à Arles, alors j’ai fait un détour par le port de Marseille, question de voir! Et question de me rendre la tâche encore plus compliquée, je l’ai fait sur l’heure de pointe vers 18h00. Mais à ma grande surprise, ça n’a pas été si difficile. En quelques minutes j’avais parcouru la distance entre Aubagne et le vieux Port de Marseille. Par contre, impossible de s’arrêter dans la baie. Mais j’ai pu le faire un peu plus loin et croquer quelques photos. Ce n’est pas les plus beaux coins de Marseille qui m’a surprise par sa beauté, je dois avouer que je m’attendais à pire de cette vieille ville, la plus vieille de France soit dit en passant. Et la deuxième plus grande.

IMG_7730

 

Petit moment cocasse à Marseille: ces deux cocottes en voiture m’ont klaxonné pendant que je prenais des photos sur le quai: elles voulaient se faire tirer le portrait elles aussi. Elles avaient l’air bien heureuses et satisfaites quand je me suis exécuté tout en leur envoyant la main, pouce en l’air.

IMG_7728

Les gens sont bien sympas par ici. C’est vraiment charmant et surprenant la facilité qu’ils ont à entrer en contact avec autrui. Tout le monde me dit bonjour, et souvent on s’échange quelques mots. Ça va me faire bizarre de rentrer dans ma bulle à Montréal.

 

Après cette visite-éclair, je suis rentré en direction de Arles, mais en passant au sud de l’Étang de Berre, en longeant les montagnes côtières. Passé Martigues, j’ai été étonné de traverser soudain une zone de plusieurs kilomètres de quelque chose que je n’avais encore jamais vu jusqu’alors en France…

Tenez-vous bien…

Des PLAINES !!!

Longues, plates, à gauche comme à droite, jusqu’à l’horizon!

Après tous ces vallons et ces montagnes, ça m’a étonné. Moi qui vient du pays des plateaux et des plaines, je les ai regardées comme une curiosité de la nature.

C’est à peine croyable quand je regarde le calendrier et que je m’aperçois que ça ne fait même pas une semaine que je suis en France. Six jours seulement. J’ai vraiment l’impression d’avoir passé déjà un mois ici, tellement j’ai vu de choses. Dire qu’il me reste encore 10 journées complètes à vivre ici!

Bon, alors vendredi matin je retourne à Aubagne, c’est pratiquement assurée. Mais demain je fais quoi?

Les choix suivants sont tous possibles, et demain j’en visiterai probablement 2 parmi ceux-ci:

  • Nîmes
  • Orange
  • Pont de Gard
  • Baux-de-Provence
  • La Camarque
  • Saint-Rémy-de-Provence
  • Avignon

 

Le reste attendra à vendredi pm, et à samedi… et je devrai alors avoir tout vu dans cette liste car dimanche en principe je quitte la Provence en direction de Millau puis Narbonne puis l’Espagne… mais rien n’est coulé dans le béton encore! Ni dans la pierre romaine…

Adieu!





Peut-être vieille, mais encore fraîche!

3 08 2010

Aujourd’hui, en visitant Arles, une ville de plus de 2500 ans, je me suis mis à penser à Métabetchouan, qui a été fondée en 1861…! Là d’où je viens, aucun bâtiment n’a plus de 100 ans… Les arlésiens, eux, côtoient des édifices qui avaient déjà 2000 ans lorsque Métabetchouan a été fondée!

L’année dernière en Californie, j’avais vu des Séquoias Géants, vieux de 3000 ans… mais jamais je n’avais vu une construction humaine de plus de 1000 ans avant aujourd’hui (les Pyramides de Teotihuacan, au Mexique).

Très impressionnant!

Mais attention: n’allez pas croire que parce qu’elle est vieille, elle a perdu son dynamisme et sa beauté! Arles est un peu comme Madonna: elle a traversé toutes les époques et tous les styles en sachant toujours s’adapter afin de rester top shape et séduisante!

Parmi les principales attractions de Arles (dont le nom romain signifiait “Entouré de marais”), il y a un grand arène elliptique (136 mètres de long, 107 de large) pouvant contenir jusqu’à 21 000 spectateurs, qui assistaient à des combats de gladiateurs. De nos jours, ils y offrent des spectacles de corridas espagnoles principalement. Il date du premier siècle après Jésus-Christ. Et ça tient encore debout! Dire que le Stade Olympique perdait déjà des morceaux alors qu’il n’avait même pas encore 30 ans! Si on avait eu un Stade Romain au Centre-Ville de Montréal, les Expos seraient encore là et ils seraient champions!!!

Bon. Ensuite il y a le théâtre antique, en forme de demi-lune, pouvant contenir jusqu’à 12 000 spectateurs pour voir des pièces de théâtre. Il date du premier siècle avant Jésus-Christ.

Puis il y a les “Thermes”, ces bains publiques romains, datant du 4ème siècle après J-C.

Du côté des constructions moyen-âgeuse, notons principalement l’impressionnante cathédrale Saint-Trophîme qui date du 12ème siècle.

Il y a aussi des ruines çà et là, dont l’antique cirque romain, où se déroulaient les courses de chars. Le Blue Bonnets de l’époque! Aussi un pont détruit, le Pont des Deux Lions, qui enjambait autrefois le Rhône.

Dans l’ensemble, la vieille ville d’Arles est rassemblé dans un quartier qui se parcourt très bien à pieds. Tellement bien que j’ai passé la journée à l’arpenter de long en large et de haut en bas. En tout, une belle journée de 9 heures de marche. Je me découvre des muscles dont j’ignorais l’existence. Et là je prendrais un bon bain de pieds, bien chaud et avec beaucoup de sel svp madame.

D’ailleurs depuis mon arrivée en France, c’était la première journée où je ne me suis pas servi de ma voiture, car mon hôtel est situé à moins de 3 km de la vieille ville d’Arles. Je ne me suis pas cassé la tête avec la recherche de stationnement, pour une fois.

Voici un aperçu du théâtre antique. Laissez-moi vous dire que le spectacle avait intérêt à être vachement bon pour avoir envie de rester assis plus d’une heure là-dessus…

IMG_7082

 

Quelques photos de l’arène, dehors, dedans et dessous:

IMG_7248 IMG_7335 IMG_7417 IMG_7384

 

Hum… Je suppose qu’il aurait été trop compliqué de marquer les places avec des chiffres… romains!! 😉

IMG_7362

 

Un spectacle vraiment très amusant nous expliquait les 5 épreuves des jeux olympiques de l’époque:

  • Saut en longueur (il fallait faire 5 sauts consécutifs sans élan, avec 1 poid de 6 kilos dans chaque main pour se lancer vers l’avant),
  • lancer du disque (en nous expliquant l’origine de cette épreuve, qui avait pour but de briser la phalange grecque en leur lançant un disque de bronze aux pieds),
  • lancer du javelot,
  • course (avec bouclier, full contact!!),
  • et… j’ai oublié la cinquième épreuve! Ah oui la lutte, mais ils ne nous ont pas fait de démonstration de ça.

IMG_7113 IMG_7115 IMG_7119 IMG_7130

 

Arles, vue depuis la tour Nord de l’Arène, avec le Rhône derrière:

IMG_7413 IMG_7440

 

Vue depuis un pont enjambant le Rhône:

IMG_7480

 

Arbre bizarre: pourquoi leur écorce semble-t-elle tomber en lambeaux??? Quelqu’un connait ce type d’arbre? Il y en a partout ici!

IMG_7548

 

Bon voilà c’est tout pour aujourd’hui.

Demain, j’aimerais bien offrir une petite journée de répit à mes pauvres pieds qui sont sur le point de faire des ampoules! J’ignore encore qu’est-ce que je vais aller voir mais je vais surement faire un peu de route… surement une bonne occasion pour aller à Aubagne, la ville de Marcel Pagnol. C’est à 1 heure de route. Puis j’en profiterai pour voir ce qu’il y a dans le coin, dont cette petite ville nommée… attendez que je relise mes notes… ah oui, Marseille. Connais pas. C’est en France, oui?

Tiens ça me fait penser qu’il faut ABSOLUMENT que j’aille voir un match de foot français avant de partir! L’ambiance qu’il doit y avoir là-dedans… whoa!

À demain les cocos et les cocottes!





Princes, Soldats et Paysans

2 08 2010

Finalement, Nice, non. Mon tour de Antibes hier soir, et le traffic lourd d’une aussi grande ville que Nice ont rapidement vaincu le déjà-peu d’enthousiasme que j’avais à son égard. Saviez-vous que Nice est la 5è plus grande ville de France? Je l’ignorais. Je pensais que c’était une petite ville comme Cannes, une autre bourgade balnéaire typique de la côte d’azur, ultra-friquée. Mais non, c’est immense, elle s’étend partout autour et s’aggripe aux montagnes, ça m’a pris du temps juste pour la traverser d’ouest en est. Tant pis pour la visite, une autre fois peut-être.

J’avais d’autres plans pour remplir ma journée. Plus intéressants, à mes yeux.

D’abord aller visiter la petite ville de La Turbie, située en hauteur mais près de la mer, ce qui fait qu’elle offre une vue panoramique tout autour d’elle, des montagnes à la méditerranée, et fait intéressant: de Monaco, qu’elle entoure, à ses pieds.

J’ai ainsi pu voir à quel point cette principauté est minuscule. Minuscule et ultra-riche. Faute d’espace pour abriter les ultra-riches de la place qui ont déjà rempli tout le quartier des maisons, ils construisent désormais à la verticale, multipliant les gratte-ciel.

Malheureusement un léger smog vaporeux du large méditerranéen (normal si tôt dans la journée) a un peu gâché ma session de photos, mais je vous en offre quand même un aperçu. Un plan large, et un gros plan d’une bicoque typique de ces nécessiteux. J’espère que les habitants de la modeste La Turbie leur jette des miettes de pain de temps en temps pour leur venir en aide…

IMG_6685 IMG_6666

Ensuite j’ai visité La Turbie elle-même. Joliment située, elle offre des vestiges du passage romain. Notamment, un monument dédié à la gloire de César Auguste pour célébrer sa victoire sur 44 tribus d’irréductibles gaulois (jusqu’alors du moins), datant du premier siècle avant Jésus-Christ. Du haut de ce socle à moitié démoli sur ordre de Louis XIV, 21 siècles nous contemplent avec un oeil poché. Mais c’est quand même 20 siècles et demi de plus que le viaduc de la Concorde alors on ne chipotera pas pour quelques briques manquantes hein. Après tout, ce qu’on demande aux ruines romaines, c’est d’être un peu en ruines, sinon ça fait pas autant effet.

Je suis un peu sarcastique, j’avoue. Ça doit être l’effet de faire 1 heure de route afin d’aller visiter un site historique en pleine saison touristique , et de me cogner le nez sur une porte close portant la mention “Durant l’été, site fermé tous les lundis.”

Comme si un site âgé de 2100 ans avait besoin de surveillance. Hé, bande de cons, ça va pas s’écrouler demain, alors prenez congé si vous voulez mais laissez-nous voir quand même! Quand bien même on l’abîmerait un peu, qui va s’en rendre compte, hein!

Bref, la vieille relique en question, j’ai dû la photographier à travers le grillage, et de loin. Alors tant pis pour la promotion touristique que j’aurais pu leur faire auprès de mes 450 000 lecteurs.

IMG_6722

Mais hormis la ruine interdite, La Turbie est jolie, comme à peu près tout ce qui se trouve sur la Côte d’Azur. Je m’y suis promené une petite heure.

IMG_6718 IMG_6703 IMG_6700

Les lieux environnants sont également très beaux. Belles montagnes, belle mer, beau soleil, belles maisons, belles rues, que demander de plus? Ah si, bien sur: un lundi de congé, nom de dieu!

IMG_6658

Il était maintenant midi. Je devais me rendre à Arles pour 21:00 afin de prendre possession de ma prochaine chambre d’hôtel. Que faire d’ici là?

Nice? Non j’ai dit. St-Tropez? Oh oui des filles à poil! Mais non. Et j’ai complètement oublié Cannes et sa promenade sur la Croisette, signe révélateur du grand intérêt que je porte aux ultra-riches et leur vie démesurée. Hollywood m’avait d’ailleurs fait le même effet.

J’ai regardé la carte. Et mon guide touristique. J’avais encore envie de montagnes, de vieux villages, et de champs de fleurs. Alors j’ai choisi 2 sites: Entrevaux, un village médiéval fortifié avec une citadelle trônant au sommet d’une montagne de roc (ça, ça me branche), et Valensole, pour ses champs de fleurs.

Bref, après les Princes, j’allais voir les soldats et les paysans.

Et le plus beau dans tout ça, c’est que j’allais faire à nouveau plusieurs heures de route à travers les montagnes alpines de la Haute-Provence. Honnn que je suis triste… 🙂

Ce qui est dommage cependant, c’est que quand je conduis dans ces chemins sinueux et, bon, un peu dangereux, je ne peux pas prendre de photos. Je ne peux même pas me ranger sur le côté du chemin afin d’en prendre, parce que hé, ya pas de côté de chemin. Les français, ils sont comme ça hein: on leur donne 2 mètres de largeur et ils construisent une route à 2 voies là-dessus. Tant pis pour les urgences et les photos.

Un jour j’aurai une caméra haute-définition installée sur le “hood” de mon “char”, et je filmerai tout ce chemin et les sensations qu’il peut offrir. Mais vous devrez vous attacher sur votre divan solidement.

En attendant, pas de photo, que des belles paroles.

Mais juste un dernier mot sur ces routes, ces montagnes, et ces paysages: certains endroits sont si vertigineux, que je me prend parfois à penser que les Français n’ont rien à envier aux Américains. Ce que je vois en Haute-Provence est aussi beau et spectaculaire que le Nouveau-Mexique, l’Arizona, L’Utah et la Californie. Ya peut-être seulement le Grand Canyon qui demeure dans une classe à part.

C’est vous dire à quel point je trippe.

Bon, parlons de Entrevaux. Village médiéval dont le site est habité depuis plus de 16 siècles et qui a été fortifiée en 1500-quelques afin de résister aux envahisseurs italiens. Ils l’ont si bien construite qu’elle n’a jamais été vaincue. Le site est magnifique il va sans dire, mais c’est la citadelle culminant au sommet de la montagne qui lui donne son attrait principal. Je me suis donc tapé une belle ascension de 30 minutes afin de gravir les 270 mètres de dénivelé, mais c’était relativement facile, et surtout, ce qu’on peut voir de là-haut, et partout dans les enceintes de la citadelle, valait amplement cet effort.

IMG_6746 IMG_6975 IMG_6751 IMG_6787 IMG_6807 IMG_6843 IMG_6951 IMG_6983

J’ai passé un après-midi merveilleux, vous vous en doutez. Comme tous ceux que j’ai croisés d’ailleurs. Les enfants sont particulièrement impressionnés, alors Julie on devra y revenir tous ensemble dans quelques années… (je fais du défrichage familial!)

Ensuite, vers 17:00, direction Valensole, afin de voir un tout autre type de paysage: les champs fleuris de lavande, de muguet et d’oliviers qui constituent le principal fournisseur de cette précieuse matière première aux parfumeurs de Grasse. C’était donc une conclusion logique pour cette partie de mon voyage.

Malheureusement le soleil n’était plus de la partie, mais tant pis pour les photos: mes narines en garderont tout de même d’excellents souvenirs.

IMG_7039

Voilà, ça complétait ma journée. Après ce grand détour via les Alpes-de-Haute-Provence, il ne me restait qu’une heure et demi de route à faire pour rejoindre mon hôtel à Arles. Je suis entré dans cette partie de la Provence dont je rêvais depuis tant d’années.

J’y passerai une semaine. Au menu: Nîmes, Arles, Orange, Baux-de-Provence, St-Rémi-de-Provence, le Pont du Gard, la Camarque, et surement des tas de surprises que je découvrirai au fil des jours.

Ça promet!

Ciao! À demain!