L’Ultime Paris

14 08 2010

Paris, la ville qui se prend pour le centre culturel de la planète.

Et qui s’assume!

Et qui livre!!

J’aime ça de même! Une ville arrogante, qui a totalement confiance en elle, qui ose exploser de façon excessive, qui fait plus qu’en mettre plein la vue. Une fois que vous êtes bien sur le cul, elle en rajoute une couche. Et une autre. Et encore une autre.

J’admire le culot de ces gens-là. Faire un boulevard comme les Champs-Élysées, faut avoir de l’ambition et les moyens qui vont avec. D’un bout à l’autre, c’est long, c’est large, c’est majestueux. Plus que ça encore. C’est la ville qui choisiraient les Dieux s’ils choisissaient de vivre sur Terre. Car rien ici n’est à l’échelle humaine. Tout est à l’échelle sur-humaine. Car c’est c’est aux surhumains qu’on rend hommage ici.

Je ne suis même pas impressionné. C’est un sentiment qui va au-delà de ça. C’est simplement un autre monde.

Ça commence avec l’Arche de Triomphe. Je pourrais me contenter d’une formulation du genre: “Ça, ça a de la gueule. Ça c’est y aller à fond dans l’hommage, dans la commémoration de l’exploit, de la bravoure, et de l’honneur.” Mais quand tu te trouves devant cette chose gigantesque et démesurée, tu ne peux que penser: ces gens-là ressentent davantage que de la fierté et l’amour envers leur mère-patrie. Ces gens-là savent qu’ils se trouvent dans un pays spécial et pour eux ce n’est encore qu’une infime partie de ce qu’ils ressentent.

Paris

L’Arche est garni d’œuvres grandioses dans l’esprit du Triomphe:

Paris

Et cette flèche continue son chemin tout au long des Champs-Élysées. Cette longue route qui rend hommage aux Géants qui ont marqué le destin de ce pays.

J’ai poursuivi ma marche jusqu’au bout: le Louvre. À ma grande surprise, une toute petite foule faisait la file pour y entrer. QUOI! Moi qui a toujours entendu parler qu’il fallait faire la file pendant des heures pour y avoir accès! Ce n’était pas du tout dans mon plan de la journée, mais il faut savoir saisir sa chance: je suis entré. J’ai passé les portes de l’ultime lieu d’arts parisien.

Paris

Quand je vous parlais d’excès… Comment décrire cet endroit?

Je crois qu’aucun roi n’a jamais habité en des lieux aussi riches.

C’est aussi grandiose que ça.

Ya tellement de chef-d’œuvres là-dedans qu’ils ont les moyens de séparer les sections avec des statues datant du 2ème siècle. C’est à ce point-là.

C’est si vaste qu’une seule visite ne suffit évidemment pas, mais je doute qu’on en vienne vraiment à bout dans une seule vie. Plusieurs de ces œuvres mériteraient une journée complète de contemplation. J’envie les parisiens de pouvoir venir en un tel lieu plusieurs fois par année. Saviez-vous que c’est gratuit pour les moins de 25 ans?

Ma seule déception du Louvre est dans la façon dont ils présentent la légendaire Joconde. On peut approcher de toutes les autres œuvres à moins d’un pied, mais ils maintiennent une immense distance entre le public et la Joconde. Je comprend qu’ils veulent : 1) éviter les incidents 2) donner une chance à tous de la voir. Mais là ils donnent seulement une chance à tous de l’apercevoir… J’aurais aimé pouvoir contempler cette œuvre comme les autres, “dans le blanc des yeux”. La distance normale semble adéquate (ce que je présume être la rampe devant l’oeuvre, dans la photo ci-bas). Quitte à ce qu’ils obligent les gens à défiler devant elle à un certain rythme, ne pas s’attarder plus de 20 secondes. M’enfin. C’est pas grave, il y avait tellement d’autres merveilles à voir.

Paris Paris

J’ai surement dû marcher là-dedans pendant 3 heures et j’ai vraiment l’impression d’avoir vu à peine 1% de ce que ce lieu peut contenir. Pour tout vous dire, je me suis carrément perdu! Je comprend maintenant pourquoi les grandes œuvres sont presque systématiquement envoyés au Louvre: c’est le panthéon pour un artiste.

Ça fait aussi partie de l’esprit qui règne à Paris. Une cité des Dieux. Comme en rêvait Hitler pour son Berlin du IIIè Reich, mais ne pouvait qu’envier aux français. Je pensais d’ailleurs aux pleurs des français quand ils ont vu l’armée nazie franchir l’Arche de Triomphe en 1940. Quelle souillure sur leur fierté! Quelle blessure profonde!

J’aurais marché dans cette ville encore longtemps, surement des jours et des jours. Mais mon pied gauche a finalement flanché, et pour de bon. Je suis donc bel et bien rendu au bout de ma route dans ce voyage. Au moins j’ai été capable de m’y rendre… imaginez si j’avais eu cette blessure après seulement 2 jours en terre de France! Les derniers jours ont été plus difficiles, et la journée parisienne carrément souffrante (car j’ai continué à marcher malgré la douleur, chose que je vais très certainement payer lors des prochains jours, d’autant plus que j’ai compensé la faiblesse du pied gauche avec le pied droit, qui semble maintenant blessé à son tour! Bref j’ai 2 pieds blessés maintenant!). Mais malgré tout, je me suis rendu au bout de ma route.

Ah oui j’oubliais de mentionner: même mon appareil-photo semble blessé! Ce matin après seulement quelques photos, il a flanché. Plus d’images, et un seul message: Error 99. Ça semblait être le rideau qui jammait. Je n’avais rien pour tenter une réparation aussi délicate. J’étais presque résolu à visiter Paris sans prendre de photo, lorsque dans un ultime essai, en variant la vitesse, j’ai réussi à le débloquer! Il a eu quelques autres défaillances au courant de la journée mais à chaque fois j’ai réussi à le remettre en état de marche. Mais je crois que lui aussi, est rendu au bout de son voyage et est mur pour un bon repos… et un bon nettoyage!

Après le Louvre, et quelques pansements pour tenter de diminuer la douleur, j’ai marché à cloche-pied sur le Pont-Neuf. J’y ai vu plus magané que moi, mais je m’y attendais à cet endroit.

 Paris

 

J’ai vu l’immense Cathédrale Notre-Dame. Ce qui m’impressionne le plus dans cet édifice, ce n’est pas sa taille (bien qu’elle soit encore une fois typiquement parisienne, c’est-à-dire démesurée), mais les détails de son architecture, de ses arches, bref son art. J’ai passé de longues minutes à détailler chaque personnage et j’aurais aimé pouvoir m’assoir et contempler ça pendant des jours, avec un encyclopédie pour tout comprendre. C’est à la fois fascinant et mystérieux.

Paris 

Paris 

 

Paris

 Paris

 Paris 

Après Notre-Dame, j’ai clopiné jusqu’aux Jardins du Luxembourg pour y grignoter mon diner très tardif (18h00?). Il était alors beaucoup trop tôt à mon goût pour rentrer, tant pis pour la douleur: j’ai pris le métro le plus proche afin d’aller visiter le Père Lachaise… mais j’y suis arrivé un peu avant 19h00, et j’ignorais que le cimetière ferme à 18h00… Cependant c’était peut-être une bonne chose car mes pieds voulaient vraiment abdiquer, alors je suis rentré au métro, et j’étais à l’hôtel à 20h30. Tant pis pour Jim.

Ce voyage aura été grandiose du jour 1 au jour 16. J’ai vu et  vécu tant de nouvelles choses que j’ai l’impression d’être parti depuis 3 mois!

Il ne reste qu’à souhaiter un retour aussi merveilleux! Il me tarde depuis très longtemps de revoir mes  enfants. Je n’en ai pas trop parlé ici mais j’ai traversé plusieurs périodes de spleen très intenses, surtout durant la première semaine. J’ai même regardé la possibilité de revenir une semaine plus tôt que prévu tellement ils me manquaient. Mais Julie m’a encouragé à rester et aujourd’hui je suis très fier d’avoir finalement terminé ce voyage. Les voyages en solitaire font grandir. Et c’est quelque chose qui m’habitera toujours. Mais je ne crois pas que j’aurai la force d’en faire un autre, pas avant plusieurs années du moins. J’ai trouvé ça beaucoup plus dur que mon voyage de l’an dernier.

Maintenant, l’ultime étape du voyage: Aéroport Charles-de-Gaulles, direction Varennes-les-Bains !!

P.S. Au fait, en marchant dans Paris, je suis passé devant un genre d’immense antenne-radio bizarre, y’avait plein de gens autour, vous savez ce que c’est?

Paris

Publicités