Au pays de Pagnol

4 08 2010

Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers.

– Marcel Pagnol, “La Gloire de mon Père”, 1957

Nous avons souvent une source d’inspiration qui nous influence à essayer de nouvelles choses, à explorer de nouvelles avenues. Dans mon cas, la force attractive qui m’a amené en Provence, c’est Marcel Pagnol.

C’est pourquoi il m’était nécessaire d’aller à sa source durant ce voyage: Aubagne, ville natale de Pagnol, au pied de la montagne Garlaban qu’il a tant aimée. Et depuis sa mort, les aubagnards le lui rendent bien. Plusieurs musées et centre touristique lui font hommage, on peut également visiter sa maison natale, et il est même possible de faire des randonnées pour voir les lieux de ses histoires personnelles et fictives.

Voici la maison où il est né et a vécu son enfance au 16 du cours Barthélémy à Aubagne. Du haut de la dernière fenêtre, il voyait souvent son père Joseph jouer à la pétanque devant leur porte:

IMG_7652

 

Il est possible de la visiter. Plusieurs photos et manuscrits sont offerts gracieusement par la famille Pagnol, mais il est strictement interdit de les photographier.

Par contre c’est permis dans l’autre partie de la maison: chambre, salon, cuisine. Ces objets appartiennent à la famille Pagnol et sont authentiques:

IMG_7657

La fameuse table de l’oncle Jules où il s’affairait à préparer ses munitions, la veille d’une chasse à la Bartavelle!

IMG_7664

 

La cuisine. Notez les fameuses Bartavelles accrochées en haut, joli clin d’oeil à La Gloire de mon Père:

 IMG_7663

 

Un autre musée d’appelle “Le petit Monde de Pagnol”. Voici une petite partie d’une immense maquette mettant en scène des centaines de figurines représentant les personnages tirés de l’univers de Pagnol. On appelle ces figurines des “Santons de Provence”, elles sont en argile sculptées et peintes par des artistes de Aubagne, renommés internationalement. C’est un grand honneur de se faire “santonner” par un des artistes qui ont réalisé ces figurines. Plusieurs d’entre eux ont voulu rendre hommage à Pagnol en recréant ainsi son univers. Vraiment charmant!

IMG_7696

 

Malheureusement je n’ai pas pu accomplir un de mes rêves les plus chers: marcher sur le Garlaban, cette montagne que Pagnol a décrite en ces mots lorsqu’il a découvert ses montagnes de Provence durant son enfance: “Alors commença la féerie et je sentis naître un amour qui devait durer toute ma vie."

IMG_7699

Pourquoi je n’ai pas pu y aller? Code ROUGE. Il fait trop chaud et sec, alors il est interdit de parcourir la montagne sauf entre 06h00 AM et 11h00 AM, l’heure à laquelle je suis arrivé aujourd’hui. J’y retournerai probablement vendredi matin de bonne heure. C’est à une bonne heure de route d’ici, je devrai me lever aux aurores, mais ça vaut la peine. Un guide nous accompagnera dès 08h00 AM pour nous montrer les différents endroits chers à Pagnol.

Après cette journée à Aubagne, je trouvais qu’il était trop tôt pour rentrer directement à Arles, alors j’ai fait un détour par le port de Marseille, question de voir! Et question de me rendre la tâche encore plus compliquée, je l’ai fait sur l’heure de pointe vers 18h00. Mais à ma grande surprise, ça n’a pas été si difficile. En quelques minutes j’avais parcouru la distance entre Aubagne et le vieux Port de Marseille. Par contre, impossible de s’arrêter dans la baie. Mais j’ai pu le faire un peu plus loin et croquer quelques photos. Ce n’est pas les plus beaux coins de Marseille qui m’a surprise par sa beauté, je dois avouer que je m’attendais à pire de cette vieille ville, la plus vieille de France soit dit en passant. Et la deuxième plus grande.

IMG_7730

 

Petit moment cocasse à Marseille: ces deux cocottes en voiture m’ont klaxonné pendant que je prenais des photos sur le quai: elles voulaient se faire tirer le portrait elles aussi. Elles avaient l’air bien heureuses et satisfaites quand je me suis exécuté tout en leur envoyant la main, pouce en l’air.

IMG_7728

Les gens sont bien sympas par ici. C’est vraiment charmant et surprenant la facilité qu’ils ont à entrer en contact avec autrui. Tout le monde me dit bonjour, et souvent on s’échange quelques mots. Ça va me faire bizarre de rentrer dans ma bulle à Montréal.

 

Après cette visite-éclair, je suis rentré en direction de Arles, mais en passant au sud de l’Étang de Berre, en longeant les montagnes côtières. Passé Martigues, j’ai été étonné de traverser soudain une zone de plusieurs kilomètres de quelque chose que je n’avais encore jamais vu jusqu’alors en France…

Tenez-vous bien…

Des PLAINES !!!

Longues, plates, à gauche comme à droite, jusqu’à l’horizon!

Après tous ces vallons et ces montagnes, ça m’a étonné. Moi qui vient du pays des plateaux et des plaines, je les ai regardées comme une curiosité de la nature.

C’est à peine croyable quand je regarde le calendrier et que je m’aperçois que ça ne fait même pas une semaine que je suis en France. Six jours seulement. J’ai vraiment l’impression d’avoir passé déjà un mois ici, tellement j’ai vu de choses. Dire qu’il me reste encore 10 journées complètes à vivre ici!

Bon, alors vendredi matin je retourne à Aubagne, c’est pratiquement assurée. Mais demain je fais quoi?

Les choix suivants sont tous possibles, et demain j’en visiterai probablement 2 parmi ceux-ci:

  • Nîmes
  • Orange
  • Pont de Gard
  • Baux-de-Provence
  • La Camarque
  • Saint-Rémy-de-Provence
  • Avignon

 

Le reste attendra à vendredi pm, et à samedi… et je devrai alors avoir tout vu dans cette liste car dimanche en principe je quitte la Provence en direction de Millau puis Narbonne puis l’Espagne… mais rien n’est coulé dans le béton encore! Ni dans la pierre romaine…

Adieu!

Publicités