Dernière Heure

15 08 2010

Et voilà, je suis à Charles-de-Gaules, devant ma porte d’embarquement. C’est ma dernière heure en sol français. L’heure du retour, chez moi, mais aussi sur mon voyage.

Une semaine avant de partir je ne savais même pas que j’allais en France. Je suis parti sur un coup de tête, une envie spontanée, une idée folle. Mais il y a spontané et spontané. Ce voyage il y avait longtemps que j’en rêvais, mais jamais concrètement, jamais à m’en faire un plan à exécuter. Ce n’était que des images que j’emmagasinais mentalement dans une zone quasi-subconsciente de mon cerveau. Alors une fois arrivé dans le concret, sur place, je savais exactement où je m’en allais. Ça m’attirait comme un aimant, comme quelque chose qui m’appelait, quelque chose qui, je le savais, était faite pour moi.

La Provence.

IMG_7039

Hier dans mon billet sur Paris, j’ai usé de superlatifs éloquents démontrant toute mon admiration devant cette œuvre magistrale qu’est Paris. Comment faire autrement?

Mais dans mon cœur, les meilleurs moments de ce voyage se sont passés en Provence. De la Haute-Provence-des-Alpes au nord-est, au Languedoc au sud-ouest, je ne peux compter les moments de bonheur tant il y en a eus.

Il me serait très difficile de choisir UN SEUL endroit que j’ai préféré par-dessus tout le reste. D’abord tout y est tellement différent de chez moi, que chaque coin de rue m’offrait une surprise totale. Ces villages accrochés aux flancs des montagnes, ces rues étroites, ces maisons si colorés et surtout ces regards si chaleureux. Si j’avais à résumer la Provence en deux mots, je choisirais: Chaleur, et Couleurs. Et ces qualificatifs sont tout aussi valables pour les maisons que pour leurs habitants.

Certes je n’oublierai jamais Grasse et ses petits villages autour. Pas plus que ces routes en montagne, aussi vertigineuses que magnifiques.

Et tous ces exploits. Ces constructions sont si extraordinaires pour quelqu’un comme moi qui vient d’un pays où on cherche généralement le terrain le plus plat possible pour s’y bâtir une maison.

Évidemment je ne peux pas oublier tous ces bâtiments romains qui non seulement tiennent encore debout, mais sont encore utilisées aujourd’hui, dans le respect de ceux qui les ont construits. C’est tout simplement prodigieux.

IMG_7922

J’ai fait plusieurs voyages. Il y a des endroits où on sait qu’on ne reviendra jamais. Mais la Provence, j’ai l’impression d’avoir à peine gratté sa surface. Et il me semble que sous cet or, il se cache des choses encore plus précieuses…!

Je savais en achetant mon billet, que ce coup de tête n’avait rien d’un coup de dés. La Provence était faite pour moi, c’était évident avant d’y mettre les pieds, et maintenant c’est acquis. J’ai déjà hâte d’y retourner.

Mais pour le moment, quelque chose me manque encore plus, et ce sont les rires de mes enfants! Retournons à Varennes-les-Bains, et plus vite que ça, bonne mère !!!

Dernier mot à tous ceux qui m’ont lu: merci de m’avoir accompagné. Se savoir lu par des gens de qualité tels que vous m’a donné beaucoup de courage. Dans cette solitude que je me suis imposée, c’est quand même bon de partager, et les feedbacks étaient toujours appréciés. Merci du fond du cœur! Et au plaisir de rediscuter de tout ceci avec vous, en personne ou virtuellement, et de parler aussi de vos voyages et de vos découvertes! 🙂

Amicalement et Francement,
Pistive.

Publicités




L’Ultime Paris

14 08 2010

Paris, la ville qui se prend pour le centre culturel de la planète.

Et qui s’assume!

Et qui livre!!

J’aime ça de même! Une ville arrogante, qui a totalement confiance en elle, qui ose exploser de façon excessive, qui fait plus qu’en mettre plein la vue. Une fois que vous êtes bien sur le cul, elle en rajoute une couche. Et une autre. Et encore une autre.

J’admire le culot de ces gens-là. Faire un boulevard comme les Champs-Élysées, faut avoir de l’ambition et les moyens qui vont avec. D’un bout à l’autre, c’est long, c’est large, c’est majestueux. Plus que ça encore. C’est la ville qui choisiraient les Dieux s’ils choisissaient de vivre sur Terre. Car rien ici n’est à l’échelle humaine. Tout est à l’échelle sur-humaine. Car c’est c’est aux surhumains qu’on rend hommage ici.

Je ne suis même pas impressionné. C’est un sentiment qui va au-delà de ça. C’est simplement un autre monde.

Ça commence avec l’Arche de Triomphe. Je pourrais me contenter d’une formulation du genre: “Ça, ça a de la gueule. Ça c’est y aller à fond dans l’hommage, dans la commémoration de l’exploit, de la bravoure, et de l’honneur.” Mais quand tu te trouves devant cette chose gigantesque et démesurée, tu ne peux que penser: ces gens-là ressentent davantage que de la fierté et l’amour envers leur mère-patrie. Ces gens-là savent qu’ils se trouvent dans un pays spécial et pour eux ce n’est encore qu’une infime partie de ce qu’ils ressentent.

Paris

L’Arche est garni d’œuvres grandioses dans l’esprit du Triomphe:

Paris

Et cette flèche continue son chemin tout au long des Champs-Élysées. Cette longue route qui rend hommage aux Géants qui ont marqué le destin de ce pays.

J’ai poursuivi ma marche jusqu’au bout: le Louvre. À ma grande surprise, une toute petite foule faisait la file pour y entrer. QUOI! Moi qui a toujours entendu parler qu’il fallait faire la file pendant des heures pour y avoir accès! Ce n’était pas du tout dans mon plan de la journée, mais il faut savoir saisir sa chance: je suis entré. J’ai passé les portes de l’ultime lieu d’arts parisien.

Paris

Quand je vous parlais d’excès… Comment décrire cet endroit?

Je crois qu’aucun roi n’a jamais habité en des lieux aussi riches.

C’est aussi grandiose que ça.

Ya tellement de chef-d’œuvres là-dedans qu’ils ont les moyens de séparer les sections avec des statues datant du 2ème siècle. C’est à ce point-là.

C’est si vaste qu’une seule visite ne suffit évidemment pas, mais je doute qu’on en vienne vraiment à bout dans une seule vie. Plusieurs de ces œuvres mériteraient une journée complète de contemplation. J’envie les parisiens de pouvoir venir en un tel lieu plusieurs fois par année. Saviez-vous que c’est gratuit pour les moins de 25 ans?

Ma seule déception du Louvre est dans la façon dont ils présentent la légendaire Joconde. On peut approcher de toutes les autres œuvres à moins d’un pied, mais ils maintiennent une immense distance entre le public et la Joconde. Je comprend qu’ils veulent : 1) éviter les incidents 2) donner une chance à tous de la voir. Mais là ils donnent seulement une chance à tous de l’apercevoir… J’aurais aimé pouvoir contempler cette œuvre comme les autres, “dans le blanc des yeux”. La distance normale semble adéquate (ce que je présume être la rampe devant l’oeuvre, dans la photo ci-bas). Quitte à ce qu’ils obligent les gens à défiler devant elle à un certain rythme, ne pas s’attarder plus de 20 secondes. M’enfin. C’est pas grave, il y avait tellement d’autres merveilles à voir.

Paris Paris

J’ai surement dû marcher là-dedans pendant 3 heures et j’ai vraiment l’impression d’avoir vu à peine 1% de ce que ce lieu peut contenir. Pour tout vous dire, je me suis carrément perdu! Je comprend maintenant pourquoi les grandes œuvres sont presque systématiquement envoyés au Louvre: c’est le panthéon pour un artiste.

Ça fait aussi partie de l’esprit qui règne à Paris. Une cité des Dieux. Comme en rêvait Hitler pour son Berlin du IIIè Reich, mais ne pouvait qu’envier aux français. Je pensais d’ailleurs aux pleurs des français quand ils ont vu l’armée nazie franchir l’Arche de Triomphe en 1940. Quelle souillure sur leur fierté! Quelle blessure profonde!

J’aurais marché dans cette ville encore longtemps, surement des jours et des jours. Mais mon pied gauche a finalement flanché, et pour de bon. Je suis donc bel et bien rendu au bout de ma route dans ce voyage. Au moins j’ai été capable de m’y rendre… imaginez si j’avais eu cette blessure après seulement 2 jours en terre de France! Les derniers jours ont été plus difficiles, et la journée parisienne carrément souffrante (car j’ai continué à marcher malgré la douleur, chose que je vais très certainement payer lors des prochains jours, d’autant plus que j’ai compensé la faiblesse du pied gauche avec le pied droit, qui semble maintenant blessé à son tour! Bref j’ai 2 pieds blessés maintenant!). Mais malgré tout, je me suis rendu au bout de ma route.

Ah oui j’oubliais de mentionner: même mon appareil-photo semble blessé! Ce matin après seulement quelques photos, il a flanché. Plus d’images, et un seul message: Error 99. Ça semblait être le rideau qui jammait. Je n’avais rien pour tenter une réparation aussi délicate. J’étais presque résolu à visiter Paris sans prendre de photo, lorsque dans un ultime essai, en variant la vitesse, j’ai réussi à le débloquer! Il a eu quelques autres défaillances au courant de la journée mais à chaque fois j’ai réussi à le remettre en état de marche. Mais je crois que lui aussi, est rendu au bout de son voyage et est mur pour un bon repos… et un bon nettoyage!

Après le Louvre, et quelques pansements pour tenter de diminuer la douleur, j’ai marché à cloche-pied sur le Pont-Neuf. J’y ai vu plus magané que moi, mais je m’y attendais à cet endroit.

 Paris

 

J’ai vu l’immense Cathédrale Notre-Dame. Ce qui m’impressionne le plus dans cet édifice, ce n’est pas sa taille (bien qu’elle soit encore une fois typiquement parisienne, c’est-à-dire démesurée), mais les détails de son architecture, de ses arches, bref son art. J’ai passé de longues minutes à détailler chaque personnage et j’aurais aimé pouvoir m’assoir et contempler ça pendant des jours, avec un encyclopédie pour tout comprendre. C’est à la fois fascinant et mystérieux.

Paris 

Paris 

 

Paris

 Paris

 Paris 

Après Notre-Dame, j’ai clopiné jusqu’aux Jardins du Luxembourg pour y grignoter mon diner très tardif (18h00?). Il était alors beaucoup trop tôt à mon goût pour rentrer, tant pis pour la douleur: j’ai pris le métro le plus proche afin d’aller visiter le Père Lachaise… mais j’y suis arrivé un peu avant 19h00, et j’ignorais que le cimetière ferme à 18h00… Cependant c’était peut-être une bonne chose car mes pieds voulaient vraiment abdiquer, alors je suis rentré au métro, et j’étais à l’hôtel à 20h30. Tant pis pour Jim.

Ce voyage aura été grandiose du jour 1 au jour 16. J’ai vu et  vécu tant de nouvelles choses que j’ai l’impression d’être parti depuis 3 mois!

Il ne reste qu’à souhaiter un retour aussi merveilleux! Il me tarde depuis très longtemps de revoir mes  enfants. Je n’en ai pas trop parlé ici mais j’ai traversé plusieurs périodes de spleen très intenses, surtout durant la première semaine. J’ai même regardé la possibilité de revenir une semaine plus tôt que prévu tellement ils me manquaient. Mais Julie m’a encouragé à rester et aujourd’hui je suis très fier d’avoir finalement terminé ce voyage. Les voyages en solitaire font grandir. Et c’est quelque chose qui m’habitera toujours. Mais je ne crois pas que j’aurai la force d’en faire un autre, pas avant plusieurs années du moins. J’ai trouvé ça beaucoup plus dur que mon voyage de l’an dernier.

Maintenant, l’ultime étape du voyage: Aéroport Charles-de-Gaulles, direction Varennes-les-Bains !!

P.S. Au fait, en marchant dans Paris, je suis passé devant un genre d’immense antenne-radio bizarre, y’avait plein de gens autour, vous savez ce que c’est?

Paris





Bordeaux-Paris Express

13 08 2010

55,90 Euros. Putain de péages.

Tout ça pour foncer dans – devinez quoi – hé oui un BOUCHON! En fait plus qu’un, quelle surprise.

Ils sont doués pour ça les français. Créer un bouchon à une station de péages. Ils prennent une autoroute à 2 voies où tout va bien, la divise en 24 allées de péage, et réussissent à créer un bouchon de 55 minutes. Faut le faire.

C’est dans ce contexte-là que tu vois le pire côté des humains. Des imbéciles qui doublent les autres qui font la file, j’en ai vu plusieurs. Je pensais pas que c’était possible d’être aussi effronté. Il me semble que j’aurais tellement honte d’agir ainsi devant les autres…? Je crois que les québécois ont une qualité très enviable: on est extrêmement polis et courtois.

J’approchais Paris, c’était le dernier péage, je n’étais qu’à 20 ou 30 km du centre-ville. Ça commençait à se sentir…

Je craignais que mon GPS ne me fasse passer à travers la ville en croyant être le plus court chemin (car j’arrivais du sud et mon hôtel se situe au nord). Heureusement il n’a seulement pris qu’une toute petite croquée de la ville, par l’ouest, avant de rejoindre l’autoroute de contournement. Juste assez longtemps pour me faire gouter à quelques carrefours bien parisiens, mettant en vedette des automobilistes tout aussi parisiens. Leur impolitesse est à couper le souffle. J’en avais entendu parler, comme tout le monde, mais le vivre sur place dans le feu de l’action donne une toute nouvelle perspective et un sens plus intime à l’expression: tabarnak de parisiens.

Mais à quelque part je les comprend et je les plains. Ils vivent dans une ville hors-proportion, loin de l’idéal humain. Plus de 8 millions d’habitants en retard qui essaient de se tailler une place au prochain carrefour. Alors ils ont pris l’habitude de faire comme l’autre abruti d’à côté, et de couper leur voisin, sinon ils ne s’en sortent pas et se font bouffer tout crus.

Et je regardais l’état de leurs autos: au moins le quart avaient des bosses, écorchures, et autre dommage. Au début j’étais inquiet: ce n’est pas ma voiture, c’est une voiture de location. Si c’était la mienne je m’en foutrais (surement comme les parisiens), tandis que là chaque égratignure que je subirai je devrai la payer. Mais au bout d’un moment, j’ai laissé aller, et je me suis simplement mis en mode observation. Je me sentais comme au zoo, découvrant une nouvelle espèce animale, étudiant son comportement social. Ça a même fini par m’amuser.

L’Animal Parisien souffre d’un mal profond, située à quelque part entre la solitude et la déconnexion sociale. J’ai même fini par ressentir de la compassion pour eux. J’avais presqu’envie d’aller faire un câlin à chaque animal qui risquait sa carrosserie et la mienne pour gagner 5 secondes.

J’ai fini par me rendre – sain et sauf – à mon hôtel. Très heureux de pouvoir enfin garer ma voiture à l’abri, et elle y restera sans bouger jusqu’à mon départ dimanche matin. Demain samedi, ce sera métro du matin au soir. Je m’en promets toute une, si mon pied gauche tient le coup, et s’il ne pleut pas.

D’ailleurs avant d’arriver à Paris, j’avais prévu faire un petit détour par Versailles afin de prendre quelques clichés, mais un violent orage a modifié mes plans. J’avais eu une belle journée jusqu’alors, mais en approchant Paris, flouche-a-flouche.

Alors, pas de photos aujourd’hui les cocos!

Mais je vous en promets de belles demain… Je vais vous faire découvrir une petite ville pittoresque dont vous n’avez surement jamais entendu parler: Paris. Il parait qu’il y a quelques monuments à y photographier… je vous en donnerai un aperçu demain soir.

Je suis excité comme une pucelle la veille de ses noces!

Ciao!

P.S. Tiens, j’y pense, je vais profiter de cette petite journée sans visite/photo pour répondre à mon Courrier des Lecteurs (haha). Puisque pour une fois j’ai le temps!

D’abord, salutations à mes nouveaux lecteurs qui ont écrit: Christian, Karine, Alain et belle-maman!

@Rémy: concernant le Viaduc de Millau, oui effectivement c’est le record pour un pont à haubans, je ne l’avais pas spécifié mais c’était bien de cela dont il s’agissait.

@Gaétan: la France est un pays idéal pour faire de la moto. Ou plutôt: la moto est un moyen de transport idéal pour la France. Peu importe l’ordre, il s’avère qu’il y a une présence importante de motocyclistes ici, et ceux-ci vont où bon leur semble. Les bouchons, ils ne les subissent pas: ils passent simplement entre les voies. Et les automobilistes les respectent, la plupart du temps on les voie se tasser pour leur laisser de la place. Cependant, la France demeure un pays très dangereux sur la route, et c’est encore plus vrai pour les motocyclistes. Justement pendant mon dernier bouchon (héhé) j’écoutais la radio et ils parlaient de taxer encore davantage les motocyclistes parce qu’ils représentent 20% des accidents de la route… Et tout comme au Québec, ya des mouvements de protestation. 

Et merci pour le compliment concernant ma blague sur ma visite du bouchon de circulation. 🙂 Mais le pire c’est qu’au bout d’un moment pogné dans ce bouchon-monstre, c’était vraiment comme ça que j’avais décidé de le vivre: comme si c’était une autre des choses particulières à la France, que je venais visiter avec le reste. Et ça me faisait rire. On essaie de passer le temps comme on peut dans ce temps-là, surtout quand on est seul dans sa voiture! 😉

En plus, je constate qu’un bouchon de circulation avec une voiture manuelle, c’est encore pire qu’avec une automatique… clutch-declutch-freine… clutch-declutch-freine… rinse and repeat pendant 1 heure 30… je pense que mon mal de pied gauche vient en partie de ça!

@Zabie: tu ne parles plus depuis que j’ai décidé de ne pas aller à Barcelone! Pardonne-moi! Mais c’est pour mieux y gouter plus tard!! Promis!! 😉

@Lyne: merci pour la réponse au sujet des platanes. Ce sont effectivement des arbres très impressionnants!

@Djoudie: concernant mon accent provençal, c’est rien de le lire, attend de l’entendre… 😀

@Tous: merci pour les beaux compliments concernant mes photos! J’avoue qu’ya quelques shots dont je suis plutôt fier… mais les sujets sont très nombreux et se laissent prendre facilement!

P.S.² Tiens il fallait que j’en parle pour que Zabie parle à nouveau, je viens juste de lire tes nouveaux commentaires que tu as laissés pendant que j’écrivais celui-ci haha! 🙂





Au Bord des Eaux

12 08 2010

Le centre-ville de Bordeaux, appelé Le Port de la Lune, est magnifique. Je comprend maintenant pour le Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le demi-lune que forme le vieux port est rempli d’immeubles néo-classiques. Que du beau, partout. Et ils ont su comment le mettre encore plus en valeur: j’ai vu le fameux lac-miroir devant les buildings de la Bourse. Ça nous fait un deux pour un: en plus des buildings, on voit leurs reflets dans le miroir. Dommage pour le ciel nuageux:

IMG_0292 IMG_0313

C’est vraiment un endroit réjouissant, où les familles s’amusent dans l’eau des fontaines, pieds nus. Que des sourires partout.

IMG_0333 IMG_0255

Faut dire qu’il vaut vraiment mieux se mouiller les pieds dans cette eau chlorée que dans les eaux de la Garonne… c’est pas un trucage, ni du chocolat: l’eau est vraiment BRUNE.

IMG_0202

Les immeubles dans ce quartier légendaire sont extrêmement beaux et détaillés:

IMG_0250 IMG_0400

 

En fin d’après-midi, je me suis rendu à la Dune du Pyla, sur le bord de l’Océan. C’était une journée nuageuse, je me disais qu’il n’y aurait pas tant de monde… Erreur. Ça a été très difficile de se trouver un stationnement. J’ai finalement dû me résigner à me stationner en bord de route, quelques kilomètres plus loin. Je me suis ensuite faufilé dans les bois à travers sentiers, afin d’atteindre la dite dune.

Étonnante. Et mystérieuse. Que fait ce gros tas de sable à cet endroit? C’est une véritable montagne, qui fait 500 mètres de large sur 3 km de long, et plus de 100 mètres de hauteur. Comme ça, toute carrée, sortie de nulle part. Cette dune avance lentement dans la forêt derrière elle, comme si elle était la langue de l’océan avalant les arbres et les maisons qui la défient.

IMG_0561 IMG_0609

Si, du côté de la mer, la pente est plutôt douce (quoique quand même assez prononcée), elle est vraiment très à pic du côté de la forêt. Et c’est de ce côté que j’ai dû la gravir… Expérience extrêmement éprouvante et épuisante s’il en fut. Non seulement il faut escalader une pente qui doit avoisiner les 45 degrés, mais en plus c’est en sable. On grimpe d’un pas, on retombe d’un demi-pas. Ça m’a pris au moins 15 minutes pour franchir la distance jusqu’au sommet. Et surement autant pour me reposer une fois rendu.

IMG_0542

Heureusement, dès qu’on arrive en haut, un merveilleux vent frais du large nous soulage.

IMG_0508

Maintenant, je peux dire que j’ai vu l’Océan Atlantique des deux côtés: en regardant vers l’est, puis maintenant en regardant vers l’ouest. Et après tout cet effort pour escalader cette dune insensée, je me demandais s’il ne serait pas moins difficile de rentrer chez moi à la nage.

IMG_0477

 

Après avoir admiré le panorama et les efforts des escaladeurs suivants, je suis retourné à ma voiture. Oui, la descente était infiniment plus agréable que l’ascension. 🙂 Je me suis un peu promené aux alentours des petites villes le long de la baie que forme la Garonne en se jetant dans l’océan. Je me suis rendu jusqu’à Arcachon en me demandant si je n’allais pas souper là. Il était 18h20. Mais il semblait trop difficile de se trouver un stationnement dans un restaurant alors j’ai décidé d’aller souper au resto de mon hotel, le Campanile, à Bordeaux, à 50 minutes de route.

Chemin faisant, ça m’a permis de visiter un autre classique français. Quelque chose dont on entend parler souvent, qu’on voit souvent dans les films: le Bouchon de Circulation. Oh il était majestueux celui-là. Ça m’a pris 1 heure 30 pour le visiter en entier. Bon, c’est pas que je veux critiquer, mais je trouve qu’il y avait certaines longueurs. Mais hé, je suis venu en France pour voir ses classiques non? Alors je ne peux que me montrer satisfait du spécimen que j’ai vu, vécu et traversé ce soir. Si vous voulez en visiter, yen a un peu partout en France durant la haute-saison. Ça fait au moins une dizaines que je vois, mais celui de ce soir en valait vraiment le non-déplacement.

Bref, je suis arrivé à l’hôtel vers 21h00 au lieu de 19h30 comme prévu. Vous dire si j’avais faim? Je m’auto-digérais. Alors je me suis dit: maintenant que la France m’a montré ce qu’elle avait de pire, j’ai besoin de compenser avec ce qu’elle a de meilleur à offrir: LA BOUFFE. Je me suis payé un triple buffet entrées-plats-desserts. Je n’avais pas mangé depuis le matin, hormis une petite collation vers 15h pour me faire patienter jusqu’au souper… qui a finalement tardé. Les buffets m’ont offert l’occasion de manger un peu de tout, afin de var ier les saveurs. Succulents!

Ça a fait du bien au moral. 🙂 Je n’allais quand même pas terminer cette soirée sur une mauvaise impression non?

Par contre, pour mon objectif de perdre 10 livres durant ce voyage, je sens que j’ai fait 3 pas en arrière là!

Demain, très peu de photos et surement un billet très court (ouais ouais, des promesses…), car je serai sur la route presque toute la journée, faisait directement Bordeaux-Paris, mais avec peut-être un léger crochet par Versailles…

Je commence à être très fatigué, c’est une bonne chose que le voyage achève. Je vais reposer mon pied blessé demain sur la route, et je pourrai donner un dernier grand coup samedi dans Paris où je marcherai surement beaucoup. En espérant pas trop de pluie, car ils annoncent du temps moche pour les prochains jours… sauf en Provence. Ah Bonne Mère, je n’aurais jamais dû te quitter hein!!!!!

Ciao!





S’envoyer en l’air avec Ariane

11 08 2010

Aujourd’hui j’ai fait la connaissance d’une charmante française, Ariane, avec qui j’ai passé un très bon moment! Je parle de la fusée évidemment, mais que croyais-tu chérie?

IMG_0109

C’était ma journée “J’ai 7 ans et j’fais c’que j’veux!”: j’ai visité la Cité de l’Espace de Toulouse. Quel merveilleux site! Mon seul regret: y être allé seul. Alors Julie, mets ça dans ton agenda: on revient ici le 25 juin 2017, quand les garçons vont avoir 9 et 7 ans. Ils vont A-DO-RER.

IMG_0104

Un jardin-labyrinthe en forme de Galaxie:

IMG_0162

Un OVNI s’est écrasé sur la Cité! Les enfants sont invités à s’engager afin d’aider à retrouver les extra-terrestres, à travers une série de jeux d’enquête et de recherche d’indices hilarantes!

IMG_0187

 

Car en fait c’est surtout axé sur l’aspect éducatif et ça vise particulièrement les enfants, même si toute la famille y trouve son compte. C’est très interactif, ya beaucoup de jeux, de pitons, et d’écrans. La méthode est vraiment axé sur le concept “Assied-toi et appuis sur les pitons, tu vas comprendre.” Alors c’est à la fois très amusant et instructif et ça maintient l’intérêt tout le long de la visite. Ça permet de leur faire gober des tonnes d’informations concernant la gravité, la météorologie, les satellites, les planètes, les galaxies, l’histoire, etc, tout en s’amusant. Ya des jeux diablement originaux et astucieux.

On peut voir toute l’histoire de la conquête de l’espace, de la première fusée V-2 allemande à la plus récente fusée Ariane-5, dont un exemplaire véritable trône fièrement au centre de la Cité (comme vous avez pu le voir sur la photo ci-haut). On peut également y voir la station MIR, dans laquelle on peut même entrer.

IMG_0114

Ça donne une bonne idée de l’espace restreint dans lequel les cosmonautes doivent travailler. Et parlant d’espace restreint, je n’aimerais pas avoir envie de faire un numéro 2 dans une capsule Soyouz: c’est vraiment minuscule et 3 personnes y sont coincés.

Bref la Cité de l’Espace c’est des heures de plaisir et pas une seule minute d’ennui, autant pour les grands que pour les petits!

Oh, et en plus ils offrent des films, dont 1 film IMAX: Hubbles 3D (j’étais même pas allé le voir à Montréal), et un autre film sur l’écran rond du Planetarium. Ça permet de faire des pauses d’une petite heure pendant la visite.

hubble-3d-header-1[1]

Une bien belle journée. J’ai pas pu prendre beaucoup de photos cependant, la plupart des activités étaient à l’intérieur. Et ce sont les plus intéressantes et amusantes. Alors faut y aller pour voir! 😀

————————-

Sinon, pas grand chose d’autre aujourd’hui. J’ai surtout fait de la route. Ce matin 1 heure de Carcassonne à Toulouse, puis un peu plus de 2 heures pour me rendre à Bordeaux. Putain, l’autoroute à péage est chère entre Carcassonne et Bordeaux! Ça m’a couté 25 Euros pour faire environ 300 bornes! Ça m’avait couté moins que ça pour faire le double de distance entre Paris et Genève!

Au moins c’était joli. Des dizaines de champs de tournesols tout au long de la jolie vallée. J’ai également vu mes premières Centrales Nucléaires. Je sais qu’on en a quelques-unes au Canada mais je n’en avais jamais vues. Diantre, c’est énorme ces cheminées!

Parlant de nucléaire, je sais pas si vous en avez entendu parler de l’autre côté de l’Atlantique, mais ici on parle beaucoup de Tchernobyl, encore… Car les feux de forêts font rage actuellement dans cette zone condamnée où plein de déchets radioactifs s’étaient déposés suite à l’explosion de leur centrale. Mais comme disait le lecteur de nouvelles, “Heureusement, il ne vente pas vers l’Europe mais vers la Russie…” Sympathique!

Demain au programme, en espérant du beau temps: le Port de la Lune, à Bordeaux, classé depuis 2007 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, alors je suppose que ça doit valoir le détour. Aussi, les Dunes de Pyla, sur la côte Atlantique pas loin d’ici.

Et si j’ai encore du temps, j’irai voir un roc, un pic, un cap, que dis-je un cap? Une péninsule!





Remparts, Châteaux, et Maux de pieds

10 08 2010

Ahurissant! Renversant! Amazing! Two thumbs up! La critique est unanime: Carcassonne est une cité médiévale exceptionnelle! Le public en redemande!

Sans blague, toute cette cité semble hors du temps tellement elle est impeccable. La restauration dont elle a fait l’objet depuis 150 ans a porté fruits. On dirait un gigantesque décor de cinéma. Le Las Vegas du médiéval. On peut en faire le tour 15 fois (bon, seulement 2 fois dans mon cas), on ne trouvera rien à redire.

IMG_9885

Sauf que cette beauté est évidemment victime de sa légende et de sa popularité. Bien que ses remparts aient autrefois résisté à maintes attaques, aujourd’hui la cité est complètement envahie par une horde innombrable de touristes. Pour tout vous dire, ça finit par rendre la chose désagréable. Du moins pour la circulation dans ses rues. Tsé quand tu dis que t’as de la misère à avancer, c’est qu’ya vraiment trop de monde. Et pour visiter le château, attendez-vous à faire la file pendant près de 2 heures sous un soleil de plomb. Mais bon je m’y attendais, disons.

IMG_9512 IMG_9608

Ya un aspect qui m’a un peu déçu cependant. Je m’attendais à plus d’animation. Des gens déguisés en médiéval, des paysans, des boulangères, des soldats, du monde qui te parle en vieux françois, etc. Hé bien non, rien de tout cela. C’est purement touristique. Que des boutiques et quelques semblants de musées prétextes à vendre encore plus de babioles au look médiéval. Des restaurants au menu pseudo-médiéval. Ou des tours de “calèche” commentées. Toute la cité est une machine à fric, c’en est même pu drôle.

IMG_9627 IMG_9711

J’ai parcouru les rues, puis je les ai fuies. Je me suis auto-expulsé hors des enceintes intérieures pour me promener entre les deux remparts. Car à Carcassonne, et c’est ce qui fait sa renommée: les remparts sont doubles. Un rempart extérieur, un espace plat assez large qu’on appelle la Lice, et un rempart intérieur. Plus de 3 kilomètres de rempart et 52 tours. Ça conférait à la cité une défense exceptionnelle. Les ennemis qui parvenaient à franchir le premier rempart étaient très vulnérable aux tirs des archers du second rempart, ainsi qu’aux cavaliers. Et le château, à l’intérieur de la Cité, est doté d’un troisième rempart. Il n’a jamais été pris d’ailleurs.

IMG_9769 IMG_9737

Le site de Carcassonne a une histoire de plus de 2500 ans. Ya eu pas mal de circulation dans le secteur, mais les premières traces visibles (qui sont encore présentes) ont commencé avec les romains, qui ont érigé les premiers remparts vers l’an 300, qui ont servi de base pour les remparts actuels, construits au moyen-âge, qui ont ensuite été doublés. Le tout a été partiellement détruit puis restauré au 19ème siècle. Ça donne un mixte de styles, disons, intéressant. Certains diraient controversé. M’enfin, le résultat a quand même de la gueule, et fait le bonheur de millions de touristes année après année.

IMG_9801

Ya aussi une cathédrale qui date du 11ème siècle. Les vitraux y sont particulièrement admirables.

IMG_9825

Après plusieurs heures de marche, j’ai chevauché ma voiture et nous sommes partis à l’assaut des Châteaux de Lastours.

Hé oui, encore un site haut-perché au sommet d’un gros caillou montagneux. Je ne m’en lasse pas. D’autant plus que ça m’offre des randonnées pédestres magnifiques. C’est pour ça que je suis venu en France, après tout.

IMG_9899

Les Châteaux de Lastours font partie d’une série de châteaux cathares datant de, woarf, 1000 ans, plus ou moins. Il doit y en avoir au-dessus d’une dizaine dans la région de l’Aude.

IMG_0087

L’ascension est surement la partie la plus intéressante. La vue est splendide, certes, et le château est partiellement en ruines (en fait, je devrais dire complètement, il ne reste que les murs et une partie des tours). Mais le chemin pour s’y rendre valait le déplacement. Certains “escaliers” sont si étroits qu’on doit s’accrocher aux pierres pour s’aider. Et une chose que j’aime de la France: les sites ne sont pas exagérément protégés comme ceux du Québec. Chez nous on a des beaux escaliers en bois, avec des remparts solides, impossible de tomber même en y mettant de la volonté. Mais ici en France, c’est “ouvert à grandeur”, et c’est aux visiteurs de faire attention s’ils ne veulent pas se casser la gueule. Et sur un site tels que Lascours, ya plusieurs moyens de se la casser, et de très haut. J’apprécie ce “facteur risque” qui donne quand même un certain aperçu de ce que les gens de l’époque avaient à accomplir.

IMG_0075 IMG_9973 IMG_9965

————-

Depuis quelques jours (depuis la Camargue pour être précis), je me trimballe une douleur sous le pied gauche qui rend les randonnées plus difficiles. J’ignore ce que j’ai. On dirait que je me suis déplacé un nerf. Le pire c’est que c’est arrivé en faisant du vélo à Saintes-Maries-de-la-mer. Même pas en marchant. En pédalant, de même, schlock, nerf coincé sous le pied. Bizarre. J’ai essayé de me le “replacer” de toutes les manières possibles, en contorsionnant mon pied, ou en le massant, mais la source du bobo est difficile à isoler. Bref, il faudrait surement que je repose mon pied pour lui laisser une chance. Mais ça arrive à un bien mauvais moment: il me reste encore 4 grosses journées de marche devant moi avant de quitter la France. Je vais quand même pas les passer à l’hôtel ou dans ma voiture. J’aimerais bien réussir à faire encore quelques randonnées en montagne, ou du moins être capable de parcourir Paris. J’espère que ça va se calmer et non pas aller en rempirant… Pour l’instant j’ai l’impression de marcher sur une grosse ampoule, avec le pied tout engourdi à cause du nerf. Peut-être que je vais lui donner une petite chance demain en lui offrant des activités plus légères… Je me croise les doigts (ou les orteils).

Bon, demain, je fais quoi? J’ai déjà visité Carcassonne, Lastours, et même Montréal (mignonne petite ville pas loin d’ici). J’avais prévu peut-être visiter un autre château avant de quitter, mais ça s’inscrit mal dans un régime de relaxation-du-pied-gauche. Je pourrais peut-être arrêter à Toulouse, visiter la cité de l’espace.

Bordeaux me recevra demain soir et me gardera jusqu’à vendredi matin.

Ensuite, Paris. Le voyage tirera à sa fin…

Ciao!





Sous le pont de Millau…

9 08 2010

… on y danse on y danse? Ça, j’ai pas remarqué.

Mais on y pousse des “ooohhh” et des “wowwww” en tout cas.

IMG_9206

Le pont de Millau a été construit afin de créer un axe routier nord-sud qui faisait défaut au centre de la France, afin de lier Paris à Barcelone de manière plus efficace. Autrefois (avant 2004), on devait passer à travers la ville de Millau, tout au fond de la vallée, passant de 900 mètres d’altitude à 300, à travers un dédale de virages en S le long des montagnes qui entourent Millau au nord et au sud. Descend, descend, descend, traverse la ville, traverse le minuscule pont, remonte, remonte, remonte. Pour l’avoir fait, je peux vous dire que le nouveau pont était nécessaire. On passe de près d’une heure de traversée à moins de 5 minutes.

Et ce pont… quelle merveille d’ingénierie. À la fois simple et audacieux, original dans son design, raffiné, élégant, et il s’harmonise parfaitement dans le merveilleux décor de la vallée.

IMG_9472

Et vraiment, vraiment impressionnant. Autant le pont que la vallée qu’il surplombe. Disons que les deux font la paire.

Ce pont est tellement parfait qu’on dirait une maquette. Même en agrandissant mes photos j’y vois pas le moindre défaut.

IMG_9474 IMG_9210

Le Pont de Millau en quelques chiffres:

  • Début de construction: 14 décembre 2001
  • Date d’inauguration: 14 décembre 2004 (3 ans seulement!)
  • Longueur: 2 460 m (record mondial)
  • Largeur: 32 m
  • Nombre de pylônes: 7
  • Hauteur: le pylône #2 fait 343 m (record mondial)
  • Hauteur libre: tablier central 270 m au-dessus de la rivière (record mondial)
  • Vitesse des vents: jusqu’à 200 km/h

Quand on se tient au pied du plus haut pylône, on sent vraiment toute sa majesté. C’est immensément haut, tout en étant étonnamment mince. On dirait 7 petites Tours du CN qui soutiennent un pont de 2.5 kilomètres. C’est aussi majestueux que ça.

IMG_9257

En cherchant différents angles de prises de vue sur le pont, j’ai découvert “Le plus beau village de France” (c’est écrit en entrant!): Peyre. Un autre de ces villages accrochés au flanc d’une montagne, coincé entre sa parois et la rivière qui coule à ses pieds. Ya même une église troglodyte (en partie creusée dans la montagne). Vraiment, mais vraiment magnifique.

IMG_9275 IMG_9400

 

Et ce magnifique village a maintenant un voisin célèbre depuis 2004, ce qui a surement considérablement augmenté son nombre de visiteurs.

IMG_9350 IMG_9308

 

————————————

Ya trop de français en France. Non mais c’est vrai, 60 millions d’habitants pour un si petit territoire, ça encombre des autoroutes. En plus ce pays est tellement joli qu’il y a surement autant de touristes. Imaginez le bordel en voiture. Putain, 5 bouchons aujourd’hui pour me rendre de Arles à Montpellier, pour un total de 45 minutes de retard sur un parcours d’une heure. Ça a un peu coupé mon temps de visite et d’exploration de Millau. J’ai dû faire ça un peu sur le pas de course. Heureusement j’ai réussi à le voir à peu près de tous les angles que j’espérais.

Pourquoi cet empressement? C’est que je devais absolument quitter ce lieu avant 16h00 car je devais arriver avant 19h00 pour prendre possession de mon motel à Carcassonne. Je sais, c’est tôt. Normalement les motels demandent d’arriver avant 21h00 et même parfois 23h00 dans certains cas. Mais bon c’était le seul motel abordable qui restait dans le secteur avec un minimum de qualité. Ne parlons même pas de Narbonne, dont j’ai abandonné l’idée dès que j’ai vu le prix des motels. Ça coute cher, être à quelques minutes de la mer.

Alors tant pis pour Narbonne, j’ai visé Carcassonne-Ouest. Demain je pourrai visiter tranquillement sa cité médiévale, et oui en plein mois du Festival Médiéval de Carcassonne (dont c’est la dernière semaine!). Ça promet d’être drôlement animé.

Ya une petite ville dans les montagnes près d’ici qui s’appelle… Montréal. J’espère avoir un peu de temps pour aller y jeter un coup d’oeil. 🙂

Je voudrais aussi avoir du temps pour visiter les châteaux de Lastours et quelques autres châteaux de Cathare. J’essaierai de placer quelques visites le jour 2 de mon passage ici, avant de quitter pour Bordeaux mercredi soir.

Au fait, j’ai réservé tous mes motels pour le restant de mon séjour, ça va simplifier les choses:

  • 2 nuits à Carcassonne (9-10)
  • 2 nuits à Bordeaux (11-12)
  • 2 nuits à Paris (13-14)

Le plus beau c’est que mon motel de Paris est situé à moins de 10 minutes à pieds d’une station de métro alors je pourrai librement me déplacer sans ma voiture. De plus, le motel est assez près de l’aéroport (15 km), dans le Nord, alors je n’aurai pas trop de casse-tête dimanche matin lorsque j’aurai à me rendre à ma destination finale.

L’histoire ne dit pas si je vais être dans un quartier violent de Paris, peut-être que je vais me faire bastonner à la sortie du métro!!

Mais avant, demain matin Carcassonne m’attend!